L’héritage décentralisé de Durov: l’histoire du projet de blockchain de Telegram
Créer un post
Créer un post
Tags populaires

L’héritage décentralisé de Durov: l’histoire du projet de blockchain de Telegram

L’héritage décentralisé de Durov: l’histoire du projet de blockchain de Telegram

Ayant démissionné du poste de PDG de Vkontakte au printemps de 2013, Pavel Durov a vendu à la fin de cette année-là le dernier paquet d’actions du réseau social. Peu de temps après, il a quitté la Russie et a lancé l’application de messagerie mobile Telegram.

La messagerie a commencé à gagner impétueusement en popularité grâce au manque de modération active et de publicité. De surcroît, Telegram était réputé pour être un moyen de communication assez sécurisé, puisqu’il était basé sur la technologie de cryptage MTProto dont le développeur était le frère de Pavel, Nikolai.

C’est le 22 décembre 2017 que sont apparues les premières informations sur les projets de Durov de lancer un projet de blockchain. L’ancien employé de VKontakte, Anton Rosenberg, a informé que Durov avait l’intention  d’organiser un ICO pour Telegram. Il a également révélé le nom du projet – Telegram Open Network (TON), et du jeton – Gram.

À ce moment-là, Telegram comptait 180 millions d’utilisateurs et l’industrie de la cryptographie connaissait un boom des ICO.

Le record de la vente privée des jetons

Une vente privée des jetons dans laquelle participaient les investisseurs professionnels a été organisée à l’initiative de l’équipe de Telegram, ce qui ressemblait plutôt à une offre d’entrée au capital qui est familière aux entreprises technologiques, mais les investisseurs ne recevaient des jetons Gram en échange d’argent qu’après le lancement du réseau TON.

En janvier 2018, on a commencé à recueillir des demandes de participation à l’ICO. L’organisation de cet événement a été conforme à la loi américaine, les investisseurs américains ayant participé à la vente des jetons.

Telegram a rendu compte des détails des transactions et de l’exécution des contrats d’investissement à la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis. Pour l’ICO, Telegram a profité d’une exception dans la loi sur les valeurs mobilières (Reg D), qui permettait de ne pas enregistrer les jetons en tant que titres s’ils ont des fonctions dans un service numérique et qu’exclusivement des investisseurs accrédités achetaient ces jetons.

Lors du premier tour d’ICO, la frénésie était si forte que le volume de candidatures a dépassé de plusieurs fois celui prévu. L’objectif de 850 millions de dollars a été rapidement atteint. Des fonds et entrepreneurs asiatiques et russes ont rejoint les investisseurs américains et ont investi dans TON (bien que les noms exactes des investisseurs aient été relevés beaucoup plus tard). Au deuxième tour 850 millions de dollars supplémentaires ont été recueillis.

L’ICO de Telegram est devenue l’un des plus importantes dans l’histoire. Cependant, le projet a été enveloppé de mystère pendant longtemps: ni Durov ni l’équipe de Telegram n’ont commenté publiquement le processus du développement. Les médias n’ont reçu que rarement des informations provenant des pauvres rapports destinés aux investisseurs.

Ce que TON aurait dû être

TON a été conçu comme l’étape suivante du développement de la blockchain après Bitcoin et Ethereum. Il était censé constituer une plateforme pour des applications décentralisées avec des contrats intelligents et une machine virtuelle. Mais dans l’architecture de TON, on a initialement mis l’échelle qui surpasserait de beaucoup les capacités d’Ethereum.

Les développeurs ont créé le réseau TON sur la base de la version « asynchrone » du Proof-of-Stake. Les validateurs gérant les nœuds étaient responsables de la mise en œuvre de cette méthode.

La blockchain TON se composait d’une masterchain, qui stockait les informations de base, et des registres «enfants» – des workchains, comprenant des fragments et des applications spécifiques destinées au travail.

L’écosystème Telegram Open Network était censée inclure neuf éléments qui complètent la blockchain:

  • Une plateforme destinée aux micropaiements et aux transactions hors chaîne, y compris les paiements pour divers services de Telegram Open Network.
  • Domain Name System (DNS), un service qui génère des noms de compte.
  • Une table de hachage distribuée, un système ressemblant au protocole Kademlia qui calcule d’autres nœuds du réseau.
  • Diverses interfaces affectées à l’interaction des applications dans les navigateurs et les smartphones.
  • Un proxy qui masque les adresses IP des utilisateurs et des nœuds pour garder la confidentialité et empêcher les attaques DDoS.
  • Réseau p2p qui permet d’avoir l’accès au Telegram Open Network, aux transactions et aux renouvellements des fragments.
  • Une base de données distribuée qui assure le stockage des informations.
  • Une interface pour l’intégration externe de TON avec d’autres éléments de l’écosystème, incluant le messager Telegram.

L’une des priorités était d’intégrer le TON et le jeton Gram dans Telegram, qui donnait l’accès à des centaines de millions d’utilisateurs. Il serait possible de payer la publicité dans les chaînes avec des jetons Gram.

En savoir plus sur l’aspect technique du projet dans le white paper et la fiche de Forklog: 

Stratégie extraordinaire de relations publiques

Bien que l’élaboration de TON se soit déroulée à huis clos, des développeurs tiers y ont pris part et l’équipe de Telegram a publié les résultats dans le domaine public. Les développeurs n’ont publiquement rendu compte que par la publication du code de TON.

C’était cette approche qui a permis de mettre en œuvre le lancement tant attendu du projet en 2020 sans la participation de Telegram et Pavel Durov.

Au printemps 2019, le réseau de test de TON a été lancé. Plusieurs équipes tierces y ont eu accès, y compris TON Labs jouant un rôle important dans l’avenir du projet. On a publié pour la première fois une version préliminaire du client léger et diverses documentations sur le site web test.ton.org à la fin du mois de mai.

À l’automne, il est devenu clair que le développement de TON était à ses dernières étapes. On voyait le code du nœud complet apparaître sur le site web test.ton.org, et l’explorateur des blocs pour le testnet a été lancé.

Alors, le CTO de TON Labs Dmitry Gorochevsky a affirmé qu’il y avait environ 100 nœuds dans le réseau de test. En outre, TON Labs a présenté un paquet complet d’outils de développement.

Telegram a officiellement confirmé sa participation au projet TON pour la première fois au début d’octobre 2019 par la publication des règles d’utilisation du portefeuille Gram sur le site officiel du messager.

Débat judiciaire avec la SEC

Selon les termes du contrat avec Telegram, les participants à l’ICO ne pouvaient recevoir des jetons Gram qu’après le lancement du réseau principal TON, mais au plus tard le 31 octobre 2019, la date limite pour le lancement du projet. Et, à en juger par la publication active du code, Telegram a prévu de la respecter. Presque tous les détails économiques et techniques se sont éclairés peu de temps avant le lancement.

Cependant, avant le lancement, le 11 octobre, la SEC a soudainement annoncé qu’elle avait l’intention de prendre « des mesures et des restrictions extraordinaires » contre deux sociétés extraterritoriales associées à la vente des jetons de TON. Selon la SEC, la vente des jetons Gram était illégale. Ils ont également affirmé que 39 résidents américains avaient acheté les droits sur 1 milliard de Grams.

La commission a réussi à interdire temporairement de distribuer des Grams, ce qui a rendu le lancement de TON impossible. De plus, elle a également poursuivi Telegram pour la vente de titres non enregistrés.

Le sort du projet blockchain de Durov était entre les mains du tribunal. En réponse, Telegram a demandé au tribunal de rejeter la réclamation et a insisté sur le fait que le jeton Gram n’était pas un titre, mais “la monnaie” ou “le produit”.

À son tour, la SEC a présenté au tribunal la correspondance du conseiller en investissement de Telegram John Hyman, où il mentionnait notamment la vente des jetons, mais pas celle des droits (contrats SAFT), et des lettres de Shyam Parekh, qui a directement qualifié Gram de titre.

En outre, la Commission a indiqué qu’avant le lancement de TON, un marché secondaire pour Gram s’était formé. Hyman a confirmé les arguments de la SEC devant le tribunal.

Sortie de Telegram du projet et lancement de Free TON

La Commission a présenté devant le tribunal un autre argument qui consistait en l’indisponibilité de la plateforme blockchain de TON, et par conséquent, le manque de fonctions pratiques (utilitaires) du jeton Gram.

Pour réfuter cette affirmation, c’était la TON Community Foundation (TCF), une communauté formée autour du projet pendant le développement, qui a envoyé un certificat officiel au juge en février 2020. La lettre TCF a confirmé que « la blockchain TON était pleinement opérationnelle et pouvait être lancée en 5 secondes. »

TCF constituait une union des développeurs coordonnée par un conseil d’administration qui se composait de 22 sociétés fondatrices, y compris MixBytes, TON Labs, Da Vinci Capital, Atomic Wallet et plusieurs groupes nationaux. Au total, TCF comptait environ 2000 personnes.

En dépit du soutien de l’industrie américaine de la cryptographie et de nombreuses tentatives de convaincre le tribunal qu’il avait raison, les capacités juridiques de Telegram avaient été épuisées en mai.

En conséquence, Pavel Durov a annoncé la clôture du projet, et son entreprise n’a pas contesté l’injonction sur la mise en circulation de Gram. Le résultat du débat judiciaire est devenu un précédent alarmant qui menaçait toutes les ventes légales des jetons aux États-Unis.

Dans le même temps, tous les éléments techniques de TON étaient prêts au printemps 2020 et la communauté a annoncé la possibilité de lancer le réseau sans la participation de Telegram, qui a cédé le contrôle exclusif du projet. Le scénario «lancement décentralisé» a été soutenu par les principaux validateurs du réseau.

Le nouveau projet a été nommé Free TON, on a lancé le réseau principal le 7 mai. La plateforme blockchain n’a pas d’organisation juridique.

 

Free TON et méritocratie

On considère Crystal comme jeton interne du projet au lieu de Gram. La Déclaration sur la décentralisation a été signée par les participants au lancement, dont TON Labs, P2P.org, Kuna Exchange, Everstake, Chorus, Anatoly Kaplan (fondateur de ForkLog) et d’autres.

A cause de l’absence de l’équipe de Pavel Durov et des grands investisseurs, la décentralisation et la base technique de Telegram sont devenues la principale ressource de Free TON. Le messager TON Surf est devenu le successeur idéologique de Telegram dans l’écosystème de Free TON.

On a opté pour une manière méritocratique de distribuer des jetons Crystal pour garantir la décentralisation. Il est prévu que l’essentiel de l’émission est destiné à ceux qui profite au projet

Au cours des six mois suivant le lancement, de nouveaux partenaires de Free TON, qui promouvaient le projet et Crystal auprès de leurs utilisateurs, ont reçu une partie des monnaies. De plus, les gagnants des concours réguliers, dont le but est de résoudre collectivement des tâches liées au développement du projet, gagnent des jetons.

Les tâches des trois premiers concours consistaient en la création des outils pour des opérations évolutives et sécurisées dans le réseau Free TON, au développement d’un système de vote et à la mise au point d’un ensemble d’outils pour les développeurs.

Free TON dispose d’un système de gestion publique. Il se compose de Global Governance, un conseil des fondateurs qui développe le protocole au moyen du vote en utilisant des jetons.

D’autres membres de la communauté peuvent s’unir en «groupes de travail» (Sub-governance). Aujourd’hui, Free TON compte 15 groupes de ce type, unis soit par sphère (DeFi, eSports, DevOps, etc.), soit par nationalité. Chaque groupe s’en tient à son propre système de vote.

 

Résultats semestriels

Selon les données de l’explorateur de blocs TON Live, au moment de l’écriture, dans la blockchain Free TON plus de 28 000 comptes ont été ouverts et environ 29 millions de transactions ont été effectuées. Les 30 premiers validateurs ont rejoint le réseau principal en novembre. Au moment de l’écriture de cet article, le réseau comptait plus de 400 validateurs.

Crystal a été coté sur plusieurs exchanges en quelques mois. Comme nous l’assure Coingecko, il est répertorié sur HitBTC, Coineal et Bitcoin.com. En décembre, la bourse de Kuna a commencé à vendre des jetons Crystal.

Le meetup en ligne Free TON, lors duquel les participants de celui-ci ont résumé les résultats de 2020, s’est tenu le 22 décembre. Ils ont déclaré la réalisation de la « vraie décentralisation » du projet et ont généré un bloc symbolique à l’antenne.

La communauté Free TON a présenté le bilan du développement du projet et a proclamé la réalisation d’une « décentralisation suffisante »

La signature de celui-ci donne l’accès à la Déclaration de la décentralisation, ainsi qu’à un contrat intelligent spécial avec lequel les nouveaux membres de la communauté de Free TON peuvent signer un document via la blockchain. Depuis le lancement de la blockchain Free TON, près de 10 milles personnes et organisations l’ont déjà fait.

Pavel Durov a été obligé d’abandonner l’ambitieux projet de blockchain Telegram Open Network. Cependant, son héritage n’a pas été détruit, au contraire, il a percé en avant et ne cesse pas de se développer.

L’exemple de Free TON démontre que la valeur principale d’un projet de blockchain consiste non seulement en l’argent et aux grands noms des fondateurs, mais aussi en la communauté.

1

Publication author

offline 5 jours

soundsond

117
Comments: 0Publics: 79Registration: 22-10-2020
1

Publication author

offline 5 jours

soundsond

117
Comments: 0Publics: 79Registration: 22-10-2020

Popular

L’héritage décentralisé de Durov: l’histoire du projet de blockchain de Telegram

L’héritage décentralisé de Durov: l’histoire du projet de blockchain de Telegram Ayant démissionné du poste de PDG de Vkontakte au printemps de 2013, Pavel Durov a vendu à la fin…

1
Internet libre de Free TON

Nous devons être libres non pas parce que nous revendiquons la liberté, mais parce que nous la pratiquons. William Faulkner Internet libre de Free TON Tout d’abord, rappelons-nous les clichés.…

0
Dune x Free Ton collaboration. Les commentaires d’administrateur de DuneFrench

Les explications et avantages à propos de la proposition de fusion de Dune Network avec Ton.

0
Qu’est-ce que Free Ton ?

La multiblockchain Free TON (Telegram Open Network) est construite sur le protocole TON, qui a été développé par Nikolai Durov et l’équipe Telegram. L’écosystème Free TON est un type DAO (organisation autonome décentralisée)…

0
DeBot Specifications

Un objectif Fournissez un environnement sécurisé et pratique pour travailler avec des smart-contracts :       émuler l’appel des fonctions de smart-contraсt localement sur le client      …

0
Particularités principales de la blockchain TON

Blockchain TON comme une collection de 2-blockchains La blockchain TON constitue une collection de blockchains (voire une collection de blockchains de blockchains) car une blockchain est incapable d’atteindre la vitesse…

0
Clé privée et clé publique

Clé privée Une clé privée (clé secrète) est une variable de cryptage utilisée avec des algorithmes pour crypter et décrypter des codes. La clé secrète est partagée seulement avec le…

0
Les Exchanges pour échanger TON Crystal : KUNA

Cette série d’articles vous démontre les avantages et inconvénients essentiels de chaque bourse (Exchange) qui a listé Free TON. KUNA est l’un des premiers validateurs de Free TON. La société…

0
Les Exchanges pour échanger TON Crystal : CEX.IO

EX.IO est une Bourse de crypto-monnaie universelle et réglementée qu’on a établi en 2013. Elle sert actuellement plus de 3 millions de clients dans le monde entier. Dans cet article,…

0
Les Exchanges pour échanger TON Crystal : Coineal

La troisième bourse dans une série d’articles portant sur les endroits d’achat de Free TON Crystals Coineal est une plateforme coréenne mondiale qui permet de trader les crypto-actifs. C’est également…

0
Authorization
*
*




Registration
*
*
*
A password has not been entered
Password generation